Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

mercredi, 29 avril 2009

Beau feuillage

DSCN4114.JPG

 

Feuillage flamboyant pour cette spirée japonaise (Spiraea japonica firelight). De jeunes pousses orangées, une floraison rose en juin/juillet et un feuillage ocre en automne . Elle se plaît au soleil ou à la mi-ombre. dans un sol ordinaire et supporte bien le gel (la preuve, elle a tenu le - 18° cet hiver).  De quoi joliment illuminer un parterre en l'associant à des feuillages verts.

 

 

lundi, 27 octobre 2008

Oubliées les mauvaises herbes sous la haie ?

Le long du champs court une haie d'une cinquantaine de plans de laurier-cerise (Prunus laurocerasus) plantés en 2007 à la manière d'une haie libre, le grand intérêt étant qu'elle reste verte (plutôt jaune en ce moment) toute l'année.

Au moment de l'acquisition,  en liquidation totale dans le fin fond des Ardennes (du côté de Manhay - je n'avais jamais vu un paysage de forêts aussi dense avant de me rendre dans ce coin-là), ils étaient déjà d'une hauteur respectable : 1 m80. Nous avons tout mis en oeuvre pour leur assurer les meilleures chances de reprise : plantés à l'automne, engrais spécifique au printemps suivant. Tous ont résisté, ont fleuri et portent des fruits (espèces de baies noires non comestibles bien entendu).

Le problème à présent , c'est l'entretien aux pieds. Profitant d'une aubaine : quelques remorques de mulsh issu du broyage des branches de l'abattage d'une quarantaine de sapins, j'ai entamé en cette semaine de congés (non non je ne suis pas enseignante), le nettoyage des pieds des lauriers et l'installation du mulsh. Il semble que le laurier-cerise s'accomode bien d'un sol légèrement acide.

Au rythme de 4 à 5 à l'heure et entre les averses, je compte bien en venir à bout ...

 

 

collage.jpg

dimanche, 03 août 2008

Je japonise ...

La feuille de cet arbre, qui, de l’Orient,
Est confiée à mon jardin,
Offre un sens caché
Qui charme l’initié.
 
Est-ce un être vivant,
Qui s’est scindé en lui-même,
Sont-ils deux qui se choisissent,
Si bien qu’on les prend pour un seul ?
 
Pour répondre à ces questions,
Je crois avoir la vraie manière :
Ne sens-tu pas, à mes chants,
Que je suis à la fois un et double ?

 

Extrait d’un texte de Goethe

 

 

Le Ginkgo puisqu’il s’agit de lui, est aussi connu sous le nom d’arbre aux quarante écus (somme payée par un botaniste français à un botaniste anglais pour l'acquérir au 18ème siècle).

D'origine chinoise, l'arbre est dit-on, l'un des rares survivants de l'ère préhistorique. Il peut vivre un millénaire et atteindre 40 m de hauteur. 

Il a pris place dans l’espace japonais en cours de création au jardin.

 

98e1b52ec5e111c962e82be4d6330740.jpg